Les protestations des gilets jaune pousseront-elles la France plus à droite ?

Les soi-disant manifestations des gilets jaunes en France sont un véhicule pour ceux qui se sentent laissés pour compte par les politiciens dans la capitale. Les manifestations pourraient renforcer le soutien aux partis d’extrême droite. Voici le reportage de oppositionrepublicaine.fr depuis Parsi.

Les manifestations ne sont pas quelque chose d’extra ordinaire en France. Mais les protestations des gilets jaune sont différentes. Le mouvement populaire qui s’est développé sur les réseaux sociaux se compose principalement de gens de la classe ouvrière qui n’étaient jamais descendus dans la rue auparavant. Ils sont scandalisés par les nouvelles taxes sur les carburants, ce qui rendra encore plus difficile pour eux de joindre les deux bouts. Cela s’ajoute à leur sentiment d’être laissés pour compte par les politiciens à Paris.

Environ 300 000 personnes ont manifesté la semaine dernière dans toute la France. Des dizaines de milliers de personnes ont continué à bloquer des routes, des centres commerciaux et des édifices gouvernementaux au cours des derniers jours. Samedi, un autre grand rassemblement est prévu à Paris.

Christophe Chalencon bloque des routes dans le sud du Vaucluse. Le forgeron d’une cinquantaine d’années a voté pour le centriste Emmanuel Macron lors de l’élection présidentielle de l’an dernier, mais se sent maintenant trahi par lui :

« Macron se comporte comme un roi et ne nous comprend tout simplement pas dans les campagnes, même si nous représentons plus de 60 % de la population, a-t-il dit. Les taxes sur les carburants sont la goutte d’eau qui fait déborder le vase ».

Chalencon croit qu’un vent de révolte souffle sur la France, ce qui fera tomber le gouvernement.

« Notre pouvoir d’achat n’a cessé de diminuer et beaucoup d’entre nous comptent sur les voitures pour se rendre au travail – ces taxes sur les carburants sont la goutte d’eau qui fait déborder le vase « 

Christophe Chalencon, comme beaucoup d’autres, croit que Macron est déconnecté des gens ordinaires.

Chalencon s’est imposé comme l’interlocuteur régional des médias d’un mouvement qui se dit sans leader et refuse d’être repris par les partis politiques ou les syndicats. Seule une branche du syndicat Force Ouvrière a maintenant déclaré qu’elle se joindrait aux manifestations en signe de solidarité.

Cela signifie aussi que Macron n’a personne avec qui négocier. Un problème qu’il est en grande partie responsable du fait que le mouvement stagne, a déclaré Stéphane Wahnich, directeur de l’agence de sondage SCP Communication.

« Depuis son arrivée au pouvoir, le président a sapé les organes intermédiaires de la France, tels que les syndicats ou les associations patronales, a déclaré M. Wahnich. « Il préfère parler directement aux gens. »

Mais quand ces gens se rendent aux barricades sans être guidés par les syndicats français, le chaos s’installe. Deux personnes sont mortes et plus de 580 ont été blessées à ce jour, selon les chiffres du gouvernement. Et les protestations semblent de plus en plus violentes.

Wahnich pense que Macron a été pris au dépourvu par les fortes réactions. Il attribue cela au manque d’expérience du président en tant que politicien local. Ce Macron de 40 ans n’avait jamais été élu avec à un poste publique avant 2017.

Un profond sentiment d’injustice

« Il met en œuvre ses réformes du point de vue d’un comptable « , dit le sondeur. « Augmenter les taxes sur le carburant pourrait lui sembler sensé, mais ses réformes amplifient un profond sentiment d’injustice parmi ceux qui ont déjà du mal à joindre les deux bouts. D’autant plus que les mesures viennent après qu’il a augmenté les impôts des retraités et réduit ceux des investisseurs. »

Mais Alexis Spire, sociologue au Centre national de la recherche scientifique, pense que Macron poursuit une stratégie claire : « Il a activement décidé de ne pas prendre en compte les demandes des manifestants pour maintenir sa crédibilité en tant que champion du climat. »

C’est pour satisfaire ce qu’il reste de son électorat, en grande partie des personnes hautement qualifiées dans les villes, avant les élections européennes de l’année prochaine. Actuellement, seulement environ un quart des Français ont une opinion positive de Macron. Et le problème est que cela pourrait amener plus de gens qui sont susceptibles de voter pour l’extrême droite.